Ceux qui ont consulté plusieurs ostéopathes l’auront constaté, il existe de nombreuses approches et techniques ostéopathiques dont la pratique sera très variable selon le praticien.
Nous ne souhaitons pas ici décrire les différentes approches que vous pouvez rencontrer dans le champs de l’ostéopathie générale mais bien celle que nous pratiquons au sein du cabinet.
Avant toute chose il s’agit de définir ce que nous recherchons, à savoir la/les lésions ostéopathiques. La lésion ostéopathique peut se définir comme une altération réversible (non spontanément) d’une structure anatomique caractérisée par la perte de mobilité et/ou de l’élasticité d’un tissu vivant (articulation, ligament, muscle, viscère, os, artère, nerf, …).

Diagnostic

Dans le cadre de notre pratique quotidienne de l’ostéopathie générale nous nous attachons bien entendu à la/les plaintes pour lesquels vous venez nous consulter mais également à rechercher toutes les lésions ostéopathiques présentes au sein de tout votre système corporel. En effet, il est illusoire sur le moyen et long terme de « réparer » une partie de votre corps sans prendre en considération sa totalité (notamment en raison des nombreuses compensations en jeu) et c’est uniquement ainsi que nous considérons l’approche holistique de l’ ostéopathie : à savoir un traitement de fond et un ciblage à visée symptomatique sur votre/vos zones corporelles en souffrance.

Concrètement, cette vision holistique de notre pratique nous amènera dans un premier temps diagnotic  à effectuer des tests tissulaires de mise en tensions-tractions sur l’ensemble des systèmes du corps (système articulaire rachidien, bassin et membres / thorax / viscéral / cranien / osseux / vasculaire / nerveux,… )  afin mettre en évidence l’ensemble des différentes lésions ostéopathiques présentes dans tous les systèmes corporels et de les hiérarchiser, puis, dans une deuxième temps, de préciser celles en lien avec la/les plaintes que vous présentez.

Traitement

Une fois le diagnotic terminé et les lésions principales mise en évidence, nous effectuerons le traitement.
Ce dernier peut faire appel selon les cas à tout l’arsenal thérapeutique ostéopathique (le traitement ostéopathique ne se limite pas à de la manipulation articulaire qui fait « craquer » !) mais nous privilégions essentiellement des techniques dites « douces » et plus particulièrement les techniques tissulaires directes à haute vélocité et toutes leurs dérivés (ou « recoil ») en raison de leur légèreté, de leur extrême précision, de leur grande efficacité et de leur non dangerosité.